Et j’abattrai l’arrogance des tyrans, Marie-Fleur Albecker

Et_j_abattrai_l_arrogance_des_tyrans_marie_fleur_albecker

Féminisme au Moyen Âge

C’est Anne, la dynamique et souriante libraire de la librairie Page 50 à Strasbourg qui m’a parlé pour la première fois du roman de Marie-Fleur Albecker,  Et j’abattrai l’arrogance des tyrans. Enthousiasmée par sa lecture, le livre trône sur toutes les étagères et présentoirs de la librairie avec des Post-it : «A Lire», «♥♥♥» et «Rencontre avec l’auteure à la librairie, samedi prochain». Tiens, tiens, tiens ; quoi de mieux que d’écouter un auteur pour se forger une opinion sur son livre ? Et je dois dire que Marie-Fleur Albecker parle particulièrement bien de son roman – aux résonances très actuelles –  et de son héroïne, Johanna, une femme résolument moderne. De quoi mettre Et j’abattrai l’arrogance des tyrans dans ma PAL !

Johanna a eu mille vies dans sa vie. Violée, mariée à son bourreau sur ordre du tribunal civil, veuve, puis remariée plus ou moins de force avec un des juges ayant ordonné son premier mariage, elle rêve d’ailleurs, de justice, de liberté, de fuir la misère qui règne dans l’Essex à la fin du XIVème siècle. La pression fiscale imposée par Richard II à ses sujets pour financer la guerre de Cent Ans – qui n’est au moment du roman que dans sa quarante-quatrième année – suscite de vives protestations. Acculés, les paysans se révoltent et organisent une longue marche vers Londres pour rencontrer le Roi. Johanna se joint à eux, une révoltée parmi les autres, une femme parmi les hommes.

Et j’abattrai l’arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker est un premier roman atypique. Si le fond  du roman est assez académique puisque qu’il se base sur des faits et des personnages historiquement établis (la révolte paysanne de 1381, John Ball, Wat Tyler), la forme est en revanche non conventionnelle. Le recours aux anachronismes, l’utilisation d’un langage cru, les multiples digressions de l’auteure sur la géographie de l’époque et l’absence de dialogues font  certes émerger un style « Albecker », mais nuisent à la fluidité de la lecture.

Avis de Gwenn Ha Lu : Imparfait, mais prometteur Et j’abattrai l’arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker est à lire si l’Histoire revisitée ne vous fait pas peur.

si-vous-avez-du-temps

Petit Plus de Gwenn Ha Lu : le sous-titre de ce roman Et j’abattrai l’arrogance des tyrans de Marie-Fleur Albecker aurait pu être « les Gilets jaunes avant l’heure » tellement les thèmes abordés dans ce roman résonnent avec l’actualité.

Petit Plus de Gwenn Ha Lu (2) : retrouvez l’interview de l’auteur accordée à la librairie Mollat à Bordeaux.

TITRE : Et j'abattrai l'arrogance des tyrans

AUTEUR : OMarie-fleur Albecker

ÉDITEUR : Aux forges de Vulcain 

NOMBRE DE PAGES : 250 pages 
 

DATE DE PARUTION : 24/08/2018

2 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s