Mimi, Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna & Marc Leplongeon

Une femme de l’ombre

Pour cause de travaux et de déménagement, j’écris cette chronique presque cinq mois après avoir lu Mimi, l’enquête non autorisée sur Michèle Marchand, celle qui fait et défait les réputations du Tout-Paris. Je me souviens l’avoir acheté au Relay H de la gare de Strasbourg, un soir de grande lassitude (travail effectué ce week-end là : deux murs enduits et poncés, soit 10% de la surface totale. Au secours, à ce rythme-là, j’emménage dans un an !!!!),  mais les raisons de mon choix restent obscures. Peut-être ai-je vu dans ce livre l’occasion de troquer mes habituels romans, polars  et fresques historiques pour quelque chose de plus actuel ?

La papesse des paparazzis Michèle Marchand a pêché par orgueil et a vérifié à ses dépens l’adage « l’arroseur arrosé ». Une photo d’elle s’amusant derrière le bureau officiel du président de la République prise quelques jours après l’investiture d’Emmanuel Macron à l’Elysée a fuité dans la presse au Printemps 2018. Celle qui avait savamment protégé son image se retrouve à découvert, révélant par la même occasion son implication dans la campagne présidentielle de 2017 et son influence sur la gestion de l’image privée du couple Macron. Comment l’ancienne garagiste, l’ex-tenancière de boîte de nuit, la reine des photos volées, passée par la case banqueroute et prison a-t-elle pu arriver au cœur du pouvoir ?

A force de fouiller dans les mille vies de « Mimi », la romancière Pauline Guéna et les journalistes Jean-Michel Décugis et Marc Leplongeon ont mis à nu les ramifications du système « Mimi ». Au fil des ans, elle a su créer sa zone d’influence dans les plus hautes sphères politiques et médiatiques, tisser sa toile pour mieux emprisonner ses proies et placer ses pions. En lisant Mimi, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une enquête journalistique et qu’au milieu de faits circonstanciés peut se glisser quelques partis pris. Si le contenu est soigné et apporte un éclairage nouveau sur la gestion de l’image des people et des hommes politiques, Mimi ayant été écrit à trois plumes, la lecture est parfois décousue à cause de l’alternance des styles. Lire Mimi de Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna et Marc Leplongeon, c’est retrouver le personnage de Rastignac, imaginé par Balzac, son ambition, sa ruse, son machiavélisme. Sauf qu’ici, il ne s’agit pas de fiction….

Avis de Gwenn Ha Lu : édifiant, il faut le lire pour le croire.

un-bon-moment-critique-litteraire

TITRE : Mimi 

AUTEUR : Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna, Marc Leplongeon
ÉDITEUR : Grasset / Documents Français
NOMBRE DE PAGES : 208 pages 
 
DATE DE PARUTION : 04/10/2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s