Namibie

Le Far West africain

Sauvage et immense, la Namibie ne livre ses secrets qu’à ceux qui prennent le temps de la parcourir. Les kilomètres défilent et la beauté des paysages fascine. Aux forêts sèches d’acacias et de baikiaea du désert du Kalahari succèdent l’abyssal Fish River Canyon, les rives luxuriantes du fleuve Orange, les dunes aux reflets or du Namib et la puissance des fauves du Parc National d’Etosha. Autant de merveilles qui contrastent avec l’histoire récente du pays, violente et ignominieuse.  Du joug allemand (1884-1915) à la tutelle sud-africaine (1915-1990), les peuples autochtones d’Afrique australe, les Hereros, les Namas et les Damaras ont payé un lourd tribut à la soif expansionniste des puissances coloniales.

Avec les longs trajets en 4×4 entrecoupés d’excursions ou de randonnées, je n’ai trouvé que peu de temps pour lire. Deux petits livres et puis c’est tout…: blue book, un document sur le génocide perpétré par les Allemands à l’encontre des Hereros et des Namas et un polar L’heure du chacal qui a pour toile de fond Windhoek – la capitale du pays – et les luttes politiques post indépendance. Mais en rentrant en France et suite aux conseils d’une compagne de voyage, j’ai approfondi ma connaissance du pays en lisant Cartographie de l’oubli de Niels Labuzan, un roman retraçant l’histoire contemporaine de la Namibie, de l’arrivée du premier contingent allemand à la commémoration du centenaire du génocide des Hereros et des Namas (1889-2004).

Le rapport disparu

Blue book_Chronique littéraireTout est parti d’une arrière-arrière-petite-fille, Elise Fontenaille-N’Diaye, qui en enquêtant sur son aïeul, le controversé général Mangin, retrouve un rapport oublié, le blue book. Commandité par les autorités anglaises en 1917, il vise à établir les atrocités commises par les Allemands sur les peuples Hereros et Namas en 1904 au Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie. Raconter le génocide de ces peuples et rendre public ce rapport devient une nécessité pour Elise Fontenaille-N’Diaye qui publie à son tour presque 100 ans plus tard, son blue book.

L’auteure livre un ouvrage à portée historique tout en exprimant sa subjectivité et son dégoût vis-à-vis de la barbarie allemande. Terrible à lire, Blue book est pourtant une lecture nécessaire pour comprendre l’histoire des Hereros et des Namas et réaliser qu’en 1904 l’extermination des races jugées inférieures par les Allemands était déjà une réalité.

passionnant-critique-litteraire

Roman et Histoire

Cartographie de l'oubli_Chronique littéraire1889. Jakob Ackermann débarque à Walvis Bay avec une vingtaine d’autres soldats allemands, des idées progressistes plein la tête et la farouche volonté de civiliser ce pays récemment tombé sous escarcelle allemande. Il exécute les ordres, se plie au règlement mais sa rencontre avec Brunhilde, la fille du fondateur de la colonie de Lüderitz va bouleverser sa vision sur les populations locales.

2004. Un jeune germano-namibien s’apprête à aller à Okahandja pour commémorer le centenaire du génocide des Hereros et des Namas.

Entre ces deux dates, 115 années, des confrontations, des massacres et trois générations impactées. Historiquement riche, intensément romancé, Cartographie de l’oubli interroge l’histoire et l’âme humaine. Nuancé, mais pas mièvre, ce roman offre la beauté et la gravité qui sied à la Namibie.

passionnant

Indépendance et vengeance

Clemencia Garrise, une des rares inspectrices noire dans la Police de Windhoek, hérite d’une sale affaire. Une série de meurtres d’hommes riches et blancs ravive les tensions raciales, encore bien présentes vingt ans après l’indépendance de la Namibie et la fin de l’Apartheid. Clemencia dispose de peu d’indices, mais très vite elle établit un point commun entre les victimes. Toutes auraient été impliquées dans l’assassinat d’Anton Lubowski en 1989, un avocat et militant actif de la Swapo (mouvement indépendantiste armé devenu parti politique une fois l’indépendance acquise).

L'heure du chacal_Chronique littéraire

Bernhard Jaumann utilise son enquête pour évoquer les maux de la société namibienne et notamment les contrastes entre townships, les quartiers pauvres peuplés de noirs et les luxueuses villas protégées de barbelés ainsi que la suprématie politique et économique sud-africaine qui malgré l’indépendance perdure. L’enquête est bien ficelée, les personnages attachants et l’immersion dans la véritable Namibie – loin des circuits touristiques – salvatrice : trois raisons de lire L’heure du chacal.

Passionnant, à savourer sans modération

 


 

TITRE : blue book 
AUTEUR : Elise Fontenaille-N'Diaye 
EDITEUR : Calmann-Levy
NOMBRE DE PAGES : 220 pages 
DATE DE PARUTION : 01/2015
TITRE : Cartographie de l'oubli 
AUTEUR : Niels Labuzan
EDITEUR : JC Lattes
NOMBRE DE PAGES : 522 pages 
DATE DE PARUTION : 24/08/2016
TITRE : L'heure du chacal
AUTEUR : Bernhard Jaumann
EDITEUR : JC Lattes - Le Masque
NOMBRE DE PAGES : 274 pages 
DATE DE PARUTION : 29/05/2013

2 réponses

  1. Merci pour ce très bel article Gwenn Ha Lu ! Rien de tel que de découvrir un pays en couplant visite et parcours littéraire des récits de son histoire. Je me souviens avoir lu « Le club des incorrigibles optimistes » ainsi que les nouvelles de Gogol lorsque j’étais à Saint-Pétersbourg… Un vrai bonheur !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s