L’hiver du mécontentement, Thomas B.Reverdy

La fin d’une époque

Il y a fort longtemps, quand l’été battait son plein et que j’avais encore le temps de flâner au gré de mes envies dans les librairies, j’ai acheté sans trop savoir pourquoi le dernier roman de Thomas B.Reverdy L’hiver du mécontentement. Aussitôt acheté et aussitôt lu (fait assez rare pour être souligné), ce livre n’est pour une fois pas resté en haut de ma PAL mais en haut de ma PAC, ma Pile A Chroniquer. Fraichement édité, L’hiver du mécontentement n’était pas encore sous les radars de la blogosphère littéraire ni sous ceux des jurés des prix littéraires. C’est donc sans apriori que j’ai entamé la lecture de L’hiver du mécontentement de Thomas B.Reverdy. Et c’est passablement irritée que je l’ai terminé.

Pendant l’hiver 1978-1979, Londres comme toute la Grande-Bretagne est paralysé par des grèves monstrueuses. Le Sun pour qualifier ces événements parle de «L’hiver du mécontentement » reprenant ainsi les premiers mots prononcés par Richard III dans la pièce éponyme de William Shakespeare. Au milieu des tas d’immondices et des rues congestionnées par les embouteillages, la jeune Candice livre des plis et des colis pour se payer ses cours de théâtre. Ces mots « L’hiver du mécontentement » elle devra apprendre à les prononcer avec justesse et éloquence car elle a été retenue pour interpréter Richard III au théâtre Warehouse. Lors des répétitions, Candice ne pourra que constater les similitudes entre les deux époques, le règne de Richard III (1483-1485) et cet hiver si trouble, entre Richard III, ce monarque avide de pouvoir et l’ascension de Margaret Thatcher.

L’hiver du mécontentement de Thomas B.Reverdy est un livre à ambiance. L’auteur y dépeint la fin de l’insouciance des années 1970, le début du règne de la finance, de la mondialisation, l’avènement de la musique punk et relègue l’intrigue au second plan. Candice, ses rêves d’actrice, ses amours, ne sont développés par Thomas B.Reverdy que pour servir son propos : Margaret Thatcher a aussi bien orchestré son arrivée au pouvoir que Richard III. Une fois cela compris, le livre s’avère aussi triste qu’un hiver sans fin. Seule consolation, les exergues de chapitres, des titres de chansons de l’époque, qui viennent agrémenter le récit.

Avis de Gwenn Ha Lu : à lire si vous êtes un amoureux de Shakespeare, un fan absolu de Margaret Tatcher ou un nostalgique des succès des Sex Pistols, The Cure, The Clash ou Marianne Faithfull.      

sabstenir-critique-litteraire

Petit Plus Gwenn Ha Lu : L’hiver du mécontentement de Thomas B.Reverdy a été parmi les quatre finalistes du Goncourt 2018 et surtout le lauréat du prix Interallié 2018.

TITRE : L'hiver du mécontentement 
AUTEUR : Thomas B.Reverdy
ÉDITEUR : Flammarion
NOMBRE DE PAGES : 220 pages 
 
DATE DE PARUTION : 22/08/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s