Rentrée littéraire 2018

Rentrée_littéraire

A l’heure du bilan

Clap de fin. Fin du suspense. Les dés sont jetés : la saison des prix littéraires est terminée et les sept prix majeurs de cette année 2018 ont été attribués. Sept livres encensés par leurs pairs, sept livres qui vont être ornés d’un précieux bandeau rouge, sept auteurs pour qui la vie va changer, sept maisons d’édition récompensées pour leurs choix.

Coup double pour Acte Sud

La maison d’édition fondée en 1978 par Hubert Nyssen (père de l’ancienne ministre de la Culture Françoise Nyssen) obtient son cinquième Prix Goncourt et surtout son deuxième d’affilée ! Après Éric Vuillard avec L’Ordre du jour, c’est Nicolas Mathieu pour Leurs enfants après eux qui a reçu le Prix Goncourt.

Vers la fin de la suprématie GalliGraSeuil ?

Sur les sept prix majeurs attribués (Goncourt, Fnac, Renaudot, Femina, Académie Française, Interallié et Médicis), trois « petites » maisons d’édition ont été primées :

  • Les éditions Iconoclastes pour La vraie vie d’Adeline Dieudonné, Prix du roman Fnac 2018
  • Les éditions Le Tripode pour Le Sillon de Valérie Manteau, Prix Renaudot 2018. Depuis l’attribution du prix, le site internet de la maison d’édition a saturé…
  • Actes Sud pour Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu, Prix Goncourt 2018

Du renouveau, donc. Mais nous ne leurrons pas, les quatre autres prix ont été décernés à Gallimard, Grasset, Flammarion et Plon…

Deux femmes vs cinq hommes

Avant de me lancer dans un discours féministe et de crier au scandale, il faudrait que je sache. Sur les centaines de livres publiés chaque année, combien sont écrits par des femmes ? Les femmes écrivent-elles moins ?  Sont-elles moins publiées ? Des questions auxquelles je n’ai pour l’instant pas de réponses. Alors en attendant, je souligne simplement ce fait : deux femmes récompensées pour cinq hommes.

Ces livres primés qui ne me tentent pas

Non, je ne les ai pas lu. Et oui, c’est complément subjectif, mais parmi les sept livres primés, trois n’iront pas rejoindre ma Pile A Lire (PAL) :

  • L’été des quatre rois de de Camille Pascal, publié chez Plon, lauréat du Grand Prix du Roman de l’Académie française 2018. Livre historique sur l’été 1830 qui me laisse perplexe.

  • L’idiotie de Pierre Guyotat, publié chez Grasset, lauréat du Prix Médicis 2018. L’auteur raconte sa jeunesse parisienne (1958 et 1962), entre amours et évènements d’Algérie. Grave, sombre, un peu nombriliste aussi, je passe mon chemin.

  • Le Sillon de Valérie Manteau, publié aux éditions Le Tripode, lauréate du Prix Renaudot 2018. Je n’avais pas été convaincu par le style de l’auteure que j’avais découvert en lisant son premier roman Calme et tranquille. Et je dois dire que le thème abordé dans Le Sillon, l’assassinat de Hrant Dink, un journaliste arménien de Turquie, est assez pointu. Peut-être un peu trop pour moi.

Ces livres primés qui titillent ma curiosité

Et j’ai nommé :

  • Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu, Actes Sud, lauréat du Prix Goncourt 2018. Trois adolescents, pas encore adultes, plus tout à fait enfants, qui se heurtent à la réalité sociale et sociétale de leur région. Nicolas Mathieu parle très bien de son roman, je lui cède donc la parole :

  • Lambeau de Philippe Lançon, publié chez Gallimard, lauréat du Prix Femina 2018. Rescapé des attentats de Charlie Hebdo, Philippe Lançon, se sert de la littérature pour panser ses plaies. Bouleversant, magistral, parait-il. Alors oui, je le lirai.

Ces livres primés que j’ai lus

  • L’hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy, publié chez Flammarion, lauréat du Prix Interallié 2018. La chronique sur ce livre n’est pas encore paru sur Gwenn Ha Lu, mais je peux déjà vous le dire, ce livre est d’un ennui mortel. J’ai été très étonnée de le trouver dans la liste des finalistes du Goncourt et encore plus quand j’ai appris qu’il était le Prix Interallié 2018.
  • Une vraie vie d’Adeline Dieudonné, publié aux éditions Iconoclastes, lauréat du Prix du roman Fnac 2018 (les jurés sont des libraires et des lecteurs) est ma lecture du moment. Il est encore un peu tôt pour se prononcer, mais les premières pages sont prometteuses.

Le Prix qui manque

Lancé en 2017 par onze blogeuses, le Grand Prix des blogeurs littéraires vise à récompenser un roman français publié au cours de l’année. Les jurés sont des blogeurs, des booktubeurs, des instagrammeurs ou toute personne ayant un compte actif sur les réseaux sociaux dédié à la littérature.  Ici, pas de pré-sélection par un jury, les jurés donnent le titre du roman français qu’ils ont préféré. Le deuxième tour commence ce jour et se termine le 15 décembre 2018. J’espère que le premier roman d’Olivia de Lamberterie  Avec toutes mes sympathies sera le vainqueur de cette deuxième édition du Grand Prix des Blogeurs littéraires, car il est incontestablement le livre le plus émouvant que l’ai lu parmi les sorties de cette rentrée littéraire 2018.

8 réponses

  1. Je découvre ton blog par un lien vers cet article dans mon fil d’actualité de blog recommandé.
    Je ne peux que te recommander Le lambeau qui fut une claque pour moi. Je viens de débuter Leurs enfants après eux et pour dire vrai j’ai du mal avec les trente premières pages et la lenteur de cet été 1992…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s