Entre deux mondes, Olivier Norek

Entre_deux_mondes_olivier_norek

En attendant UK

Je n’ai pas pris le chemin le plus direct pour lire Entre deux mondes d’Olivier Norek. Lors de la remise du Grand Prix des Lectrices ELLE 2017, Olivier Norek, l’heureux lauréat, nous avait vaguement parlé de son prochain livre : « La jungle de Calais en toile de fond, mais sans le capitaine Coste[1] ». Et effectivement quelques mois plus tard, je découvrais à l’occasion d’une après-midi/dédicace organisée par  Anne de la librairie Page 50 à Strasbourg (oui, oui, toujours elle) le dernier opus du flic-écrivain, Entre deux mondes. Charme et humour rythment la rencontre, mais allez savoir pourquoi, je repars sans le livre. Il aura fallu qu’une de mes collègues me prête son exemplaire pour qu’enfin – un an après sa sortie- je m’attaque au dernier Norek.

Adam a résisté de l’intérieur. Policier le jour et membre d’un groupe d’opposants au régime de Bachar al-Hasad la nuit, il craint de s’être fait repérer : fuir est sa seule option. Il organise d’abord le départ de Syrie de sa femme et sa fille avant de se lancer à son tour dans un périlleux voyage de plus 6 000km, destination Calais. Mais arrivé dans la jungle, Adam ne trouve ni Nora, ni Maya. Alors il attend.  Spectateur, il observe les migrants qui survivent tant bien que mal dans ce bidonville à ciel ouvert en attendant de rejoindre Yuké (UK). Quand le corps d’un migrant est retrouvé mort, roué de coups, Adam ne peut se résoudre à fermer les yeux plus longtemps et tente de découvrir qui est à l’origine de ce crime.

Entre deux mondes commence fort : en deux pages seulement, Olivier Norek suscite l’effroi au point de transformer un lecteur candide en être complément éberlué. La fiction est utilisée pour décrire sans manichéisme, ni raccourci, la dramatique réalité de l’émigration : l’inhumanité des passeurs, la dangerosité des embarcations de fortune et les espoirs déchus des migrants. Ce livre est dur, cruel par bien des aspects, mais son abandon est impossible. Parce que les mots d’Oliver Norek sont justes, l’intrigue  singulière, les personnages attachants et terriblement faillibles. Et surtout parce que ce livre perturbe les croyances autour de la jungle de Calais. Un livre enchante, un livre inspire, un livre secoue. Et clairement Entre deux mondes d’Oliver Norek appartient à la dernière catégorie.

Avis de Gwenn Ha Lu : A lire, par tous. Même si il faut être un citoyen engagé un brin schizophrène  pour plonger dans cet univers impitoyable.

passionnant-critique-litteraire

Petit Plus de Gwenn Ha Lu : Olivier Norek s’est rendu pendant plusieurs semaines dans la jungle de Calais avant son démantèlement en octobre 2016 pour comprendre son fonctionnement et les relations souvent ambiguës entre humanitaires, policiers, politiques et migrants.

TITRE : Entre deux mondes 

AUTEUR : Olivier Norek 

ÉDITEUR : Michel Lafon

NOMBRE DE PAGES : 413 pages 
 

DATE DE PARUTION : 05/10/2017
DISPONIBLE EN POCHE - POCKET

[1] Héros emblématique des précédents ouvrages d’Olivier Norek, Code 93, Territoires et Surtensions.

5 réponses

      1. Mag

        Voilà, exactement, le sujet et surtout l’immersion qu’il s’est lui même imposé, permettent, je pense de mettre en place cette vérité et cette foule d’émotions.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s