Comme à la guerre, Julien Blanc-Gras

Comme_a_la_ guerre_julien_blanc_gras

Moins de haine, moins de guerre

J’avais découvert lors du Grand Prix des Lectrices ELLE 2017 un écrivain-voyageur plein de bon sens, d’humour et d’autodérision. J’ai nommé Julien Blanc-Gras. Depuis, je guette avec attention ses nouveaux écrits. Quand j’ai entendu que son dernier ouvrage Comme à la guerre paru en Janvier 2019 traitait de la paternité et de la transmission, ma curiosité a été piquée.  Allait-il répondre à l’une de mes questions existentielles : que transmettre à nos enfants quand tout autour de nous n’est que terreur et destruction ?

Au lendemain du 7 janvier 2015, Julien Blanc-Gras se souvient de cette phrase lue lorsqu’il était adolescent et qu’il prête à Wolinski. « Notre génération est la seule qui a mieux vécu que ses parents et qui vivra mieux que ses enfants ». Ce constat qui parait résonner comme une vérité générale au vu de l’Annus Horribilis 2015, Julien Blanc-Gras veut le réfuter. Parce qu’il a décidé d’être optimiste. Pour son fils, pour ses proches, pour la société. Parce que les faits sont là : au niveau mondial la pauvreté recule, la mortalité infantile régresse, l’espérance de vie augmente. Parce que le fait d’être père l’a poussé à s’emparer de son passé familial : peut-on se plaindre de la terreur en 2015 à Paris quand ses grands-pères ont connu la violence et l’atrocité des combats lors de la Seconde Guerre mondiale ?

Indispensable, stupéfiant de sincérité, terriblement drôle et particulièrement intelligent, Comme à la guerre de Julien Blanc-Gras est un kit de survie en eaux troubles. Le triptyque du livre – terrorisme, transmission et poids du passé – est décrypté à la fois selon l’œil affuté de l’écrivain voyageur, le cœur tendre du père et la rationalité de l’homme. Mais surtout, Julien Blanc-Gras n’a pas son pareil pour jouer avec les émotions : tantôt drôle à en rire aux éclats, tantôt émouvant, tantôt narquois à souhait.  Vraie bouffée d’oxygène dans ce monde de fou, Comme à la guerre est un antidote à la morosité, un livre qui pousse à la réflexion tout en redonnant le sourire.

Avis de Gwenn Ha Lu : à lire et à offrir à tous les jeunes parents (et peut-être encore plus aux pères qui pourront peut-être plus s’identifier à Julien Blanc-Gras que les mères) pour que la France soit peuplée de jeunes optimistes.

passionnant-critique-litteraire

TITRE : Comme à la guerre



AUTEUR : Julien Blanc-Gras

ÉDITEUR : Stock

NOMBRE DE PAGES : 288 pages 



DATE DE PARUTION : 02/01/2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s